Bassins filtrants de Leers

Les bassins filtrants de Leers ont un rôle essentiel dans le traitement des eaux usées des environs, français comme belges.
En effet, une partie des eaux usées de la station d’épuration de Grimonpont passe par des bassins pour être filtrées naturellement, par phyto-épuration. L’eau arrive de la station d’épuration dans le premier étang qui comporte des roseaux, iris et d’autres pièges à pollution naturels. Puis, elle passe dans les étangs successifs avant d’atteindre, sept jours plus tard, le bassin de stockage (dernier bassin). Le passage dans ces bassins permet une épuration naturelle. Une fois filtrée, l’eau est rejetée dans le canal de Roubaix.

Au-delà de leurs vertus d’épuration, les bassins filtrants de Leers sont aussi un refuge de biodiversité. En effet, en tant que milieux humides protégés, les bassins contribuent à enrichir le corridor écologique que constitue le canal de Roubaix. Pour le plus grand bonheur des promeneurs qui peuvent admirer oiseaux, amphibiens et plantes aquatiques de toutes sortes.

Le site est accessible à pied, en vélo et tout est prévu pour les personnes à mobilité réduite. De plus, des visites guidées sont possibles (contacter les espaces naturels de la Métropole Européenne de Lille au +33 (0)3 20 63 11 23).

Station d’épuration de Grimonpont

La station d’épuration de Wattrelos-Grimonpont (plus connue sous le nom de station du Grimonpont) est chargée de traiter les eaux usées de l’agglomération d’assainissement de Wattrelos. Celle-ci regroupe les communes de Roubaix, Wattrelos, Leers, Lannoy, Lys-lez-Lannoy, et une partie des communes de Bondues, Croix, Hem, Mouvaux, Neuville-en-Ferrain, Sailly- lez-Lannoy, Touflers, Tourcoing et Wasquehal. Elle traite également des eaux usées en provenance de la région de Mouscron, en Belgique (Wallonie). C’est donc une station transfrontalière.
Dans les différents réseaux la collecte se fait majoritairement en système unitaire : les eaux résiduaires (domestiques et industrielles) et les eaux pluviales sont recueillies dans les mêmes canalisations. Au total, la station a une capacité de traitement de 350.000 équivalents habitants (rejets industriels compris), parmi lesquels 32 000 Belges installés sur un secteur pollué pendant des années par les usines textiles.

Fermer le menu